Archeowiki-archeologie-histoire-archeowiki.jpg


planet movie


Participer à l'enrichissement et à l'élaboration d'archéowiki, le wiki des passionnés d'archéologie et d'Histoire, en faisant une demande de création de compte par le biais de ce formulaire - Recommandez archeowiki.com

Affaire Rodrigues

De archeowiki. Le wiki des passionnés d'archéologie et d'histoire
Aller à : Navigation, rechercher

L’affaire Monique Case, dite l’affaire du Bois Bleu (entre Germigny-l'Exempt, Grossouvre et La Chapelle-Hugon).
Le 4 novembre 1965, au lieu dit le "Bois Bleu" dans le Cher, Georges Segretin, chef de bureau à la Société générale est retrouvé carbonisé dans sa 2CV
L’enquête s’oriente rapidement sur Monique Case, commerçante avec son époux à La Guerche-sur-l'Aubois. Des rumeurs circulent sur sa vie « dissolue ». Très vite la trop élégante et trop sociable dame est accusée du meurtre avec la complicité d'un gendarme chargé de l’enquête, Jules Barrault. Les médias locaux, nationaux et bientôt internationaux s’emparent de l’histoire et la surnomment « Monique la diabolique ». Les enquêteurs, persuadés d’avoir trouvé la coupable idéale, s’acharnent. À Paris le meurtre de Ben Barka fait des remous. Le crime de La Guerche pourrait alors servir de dérivatif. Certains journaux remettent pourtant en doute la culpabilité de Monique Case qui risque la guillotine
Monique Case est condamnée aux assises, mais elle ne va rester que 43 jours en prison. En effet, la contre-enquête d’une juge intègre, madame Chouvelon, va établir son innocence. Le véritable assassin, Ernest Rodrigues est arrêté un an après les faits et sera condamné aux travaux forcés à perpétuité.

L'affaire a été jugée révélatrice de la société française des années 1960, où la suspecte a été jugée coupable plus sur sa prétendue immoralité (d'autant que son adultère avec le gendarme n'a jamais été établie) que sur de réelles preuves

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils