Archeowiki-archeologie-histoire-archeowiki.jpg


planet movie


Participer à l'enrichissement et à l'élaboration d'archéowiki, le wiki des passionnés d'archéologie et d'Histoire, en faisant une demande de création de compte par le biais de ce formulaire - Recommandez archeowiki.com

Georges-Henri Rivière

De archeowiki. Le wiki des passionnés d'archéologie et d'histoire
Aller à : Navigation, rechercher

Georges Henri Rivière, né Georges Henri Léon Benjamin Rivière, naquit le 5 juin 1897 à Paris et mourut le 24 mars 1985 à Louveciennes

Né dans le 18e arrondissement de Paris, neveu du dessinateur Henri Rivière, auquel il emprunta son second prénom, frère aîné de Thérèse Rivière qui deviendra ethnographe, Georges Henri Rivière étudie la musique jusqu'en 1925 et prend le goût des musées en suivant, de 1925 à 1928, les cours de l'École du Louvre

En 1928, George Henri Rivière devient conservateur de la collection David-Weill. Il réorganise avec Paul Rivet le Musée d'ethnographie du Trocadéro, qui deviendra, en 1936, le Musée de l'Homme. Sous la direction de Rivet, il y présente quelque 70 expositions de 1928 à 1937

De 1937 à 1967, il invente, conçoit et réalise le Musée des arts et traditions populaires. Bien que la création du Musée national des ATP remonte à 1937, l'ethnologie du domaine français ne prend véritablement son essor qu'avec la mise en place des enquêtes scientifiques (Chantiers 1425,909 et 1810) organisées sous le patronage de l'État français. Il parvient à l'installer sur le site de l'avenue du Mahatma Gandhi, en bordure du bois de Boulogne. Il y développera une muséographie révolutionnaire et en assurera le couronnement scientifique par la création du Centre d'ethnologie française. Grand découvreur de talents, meneur d'hommes, il joue un rôle essentiel dans la fondation de l'ICOM (Conseil international des musées), dont il est le premier directeur de 1948 à 1965, puis le conseiller permanent jusqu'à sa mort. Il travailla à la mise sur pied de l'organisation à travers ses comités, ses conférences générales et son centre de documentation

Bien qu'il ait laissé très peu d'écrit, George Henri Rivière a fortement renouvellé la muséologie en France. Ses idées très innovantes et son goût pour les fêtes mondaines l'ont amené à mettre en place de véritables "opérations de communication"  : il met Joséphine Baker en vitrine au Musée de l'Homme, ou encore place des gardiens de musée aux quatre coins d'un ring
Il participera également au développement du concept d'écomusée qui se répandit dans le monde au début années 1970. Environnement, pluridisciplinarité, furent ses idées maîtresses sur lesquelles furent fondées, entre autres, les Recherches Coopératives sur Programme d'Aubrac et du Châtillonnais dans les années 1960. Même à la fin de sa vie, il ne cessera de conseiller, d'innover et de dynamiser ceux qui poursuivaient son œuvre
Sources et auteur de cet article

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils