Archeowiki-archeologie-histoire-archeowiki.jpg


planet movie


Participer à l'enrichissement et à l'élaboration d'archéowiki, le wiki des passionnés d'archéologie et d'Histoire, en faisant une demande de création de compte par le biais de ce formulaire - Recommandez archeowiki.com

Musée du Louvre

De archeowiki. Le wiki des passionnés d'archéologie et d'histoire
Aller à : Navigation, rechercher

Musée universaliste, le Louvre couvre une chronologie et une aire géographique larges, depuis l'Antiquité jusqu'à 1848, de l'Europe occidentale jusqu'à l'Iran, via la Grèce, l'Égypte et le Proche-Orient. Il est constitué de huit départements : Antiquités orientales, Antiquités égyptiennes, Antiquités grecques, étrusques et romaines, Arts de l'Islam, Sculptures, Objets d'art, Peintures, Arts Graphiques et présente 35 000 œuvres dans 60 600 m2 de salles
Les œuvres du musée sont de nature variée : peintures, sculptures, dessins, céramiques, objets archéologiques et objets d'art entre autres. Parmi les pièces les plus célèbres du musée se trouvent le Code de Hammurabi, la Vénus de Milo, La Joconde de Léonard de Vinci, et La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix

Musée du Louvre

C'est sous le règne de Louis XIV que naît l'idée de faire du palais du Louvre un dépôt d'œuvres d'art appartenant à la couronne. Malgré le départ du roi pour le palais de Versailles, en 1681, quatre cents peintures continuent à être conservées au palais du Louvre, dans le salon du Dôme et dans la galerie d'Apollon et les Antiques avec les moulages envoyés par les pensionnaires de l'Académie de France à Rome sont déposés dans la salle des Cariatides. Bien que propriété du roi, les collections étaient visibles aux amateurs et artistes qui en faisaient la demande
En 1746, Étienne La Font de Saint-Yenne se plaint de l'impossibilité de voir les tableaux de la collection du roi. En 1747, dans les "Réflexions sur quelques causes de l'État présent de la peinture en France avec un examen des principaux ouvrages exposés au Louvre, ce mois d'août 1746" parues en 1747, il demande la création d'un musée accessible par tous. Ces protestations vont entraîner le transport de tableaux du dépôt de la Surintendance des bâtiments, à Versailles, au palais du Luxembourg, en 1750
Tout commence par une exposition provisoire des plus beaux tableaux de la collection royale, qui se tient dans la Galerie royale de peinture installée au palais du Luxembourg de 1750 à 1779 et qui connaît un grand succès. Le marquis de Marigny demanda à Jacques Bailly (vers 1700-18 novembre 1768), peintre et garde des tableaux du roi à Versailles (fils de Nicolas Bailly (3 mai 1659-13 novembre 1736) et père de Jean Sylvain Bailly, tous les deux gardes des tableaux de la Couronne), d'aménager l'appartement de la reine d'Espagne au palais du Luxembourg pour y exposer par roulement 110 tableaux et des dessins. Ce musée est ouvert le 14 octobre 1750. La galerie est visitable le mercredi et le samedi de chaque semaine, le matin depuis le mois d'octobre jusqu'au mois d'avril et l'après-midi le reste de l'année. La galerie Médicis est ouverte aux mêmes horaires. En 1778, le palais du Luxembourg est donné en apanage au comte de Provence. L'exposition est fermée en 1779. Les tableaux sont renvoyés en dépôt à la Surintendance des bâtiments, à Versailles, où Louis-Jacques Durameau, peintre ordinaire du roi, en fait l'inventaire en 1784
En 1765, dans le tome IX de l'Encyclopédie dirigée par Denis Diderot et D'Alembert, à l'article Le Louvre, après avoir regretté l'inachèvement des bâtiments, il dresse un programme pour un futur musée :
« L’achevement de ce majestueux édifice, exécuté dans la plus grande magnificence, reste toujours à désirer. On souhaiterait, par exemple, que tous les rez-de-chaussées de ce bâtiment fussent nettoyés & rétablis en portiques. Ils serviraient ces portiques, à ranger les plus belles statues du royaume, à rassembler ces sortes d’ouvrages précieux, épars dans les jardins où on ne se promène plus, & où l’air, le tems & les saisons, les perdent & les ruinent. Dans la partie située au midi, on pourroit placer tous les tableaux du roi, qui sont présentement entassés & confondus ensemble dans des gardes-meubles où personne n’en jouit. On mettrait au nord la galerie des plans, s’il ne s’y trouvait aucun obstacle. On transporteroait aussi dans d’autres endroits de ce palais, les cabinets d’Histoire naturelle, & celui des médailles. »
Le marquis de Marigny, directeur général des Bâtiments du Roi, et son successeur, en 1775, le comte d'Angiviller élaborent alors le projet de faire du Louvre un musée permanent. En 1780, au moment de la fermeture de la galerie du palais du Luxembourg, le comte d'Angiviller envisage de regrouper dans la Grande galerie au Louvre des objets d'art de la collection de la Couronne
En 1777, la collection des plans-reliefs des forteresses du royaume qui était présentée dans la Grande galerie depuis 1697 avait été enlevée. Les tableaux qui se trouvaient au palais du Luxembourg y sont mis en dépôt en 1780. Jacques-Germain Soufflot fait les plans d'un nouvel escalier pour accéder à la Grande galerie construit par Maximilien Brébion à partir de 1781. Il propose un éclairage zénithal. Jean Sylvain Bailly qui avait remplacé en 1754 son père comme garde des tableaux de la Couronne, astronome et non peintre, dut abandonner son poste en 1783 au profit du premier peintre du roi, Jean-Baptiste Marie Pierre. Hubert Robert, un des peintres du roi, est alors désigné pour prendre en charge le projet de Musoeum dans la Grande galerie du Louvre. En 1785, des tableaux commencent à arriver de Versailles pour être déposés au Louvre comme le montre le catalogue qui est dressé
Depuis 1725 l'Académie de peinture présente les tableaux de ses membres dans la grande salle du Louvre appelée Salon carré et qui a laissé son nom à l'exposition. Le Salon devient bisannuel en 1751. Le problème posé par la Grande galerie est celui de son éclairage. L'éclairage zénithal est jugé le meilleur, aussi, pour faire un essai, il est réalisé en 1789 dans le Salon Carré
Alors que les collections de la Couronne avaient été peu enrichies pendant le règne de Louis XV, le règne de Louis XVI va être une des périodes les plus fécondes dans l'accroissement des collections. Pour permettre l'instruction du public, le comte d'Angiviller va acheter avec discernement des tableaux de toutes les écoles pour compenser les écoles peu représentées dans les collections de la Couronne. Les tableaux ont été achetés auprès des particuliers, des marchands et surtout dans les ventes publiques
En 1787, les Parisiens attendent l'ouverture du Museum comme le montre le Guide des amateurs et étrangers à Paris de l'abbé Thierry : « Cette galerie est destinée à faire un musée dans lequel seront placés les tableaux appartenant au roi qui se trouvent exposés également dans les magasins du Louvre et à l'hôtel de la surintendance de Versailles. Puissions-nous voir l'exécution d'un si glorieux projet, bien fait pour immortaliser celui qui l'a conçu : Monsieur le comte de La Billarderie d'Angiviller. »
Le projet se transforme en loi le 27 juillet 1793, et l'inauguration prévue initialement le 10 août 1793 a lieu finalement le 8 novembre 1793, le musée prenant le nom de Muséum central des arts de la République. Il ne comprend à son ouverture que la Grande galerie le long de la Seine où sont exposés les collections du roi propriétés de la nation après l'abolition de la monarchie un an plus tôt et les œuvres saisies chez les émigrés ou dans les églises
Sources et auteur de cet article

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils