Archeowiki-archeologie-histoire-archeowiki.jpg


planet movie


Participer à l'enrichissement et à l'élaboration d'archéowiki, le wiki des passionnés d'archéologie et d'Histoire, en faisant une demande de création de compte par le biais de ce formulaire - Recommandez archeowiki.com

Muséum national d'histoire naturelle

De archeowiki. Le wiki des passionnés d'archéologie et d'histoire
Aller à : Navigation, rechercher

Le Muséum national d'histoire naturelle nait officiellement le 10 juin 1793 par un décret de la Convention nationale. Mais ce nouvel établissement n'est que la métamorphose d'un établissement plus ancien, le Jardin royal des plantes médicinales, apparu plus de 150 ans auparavant, en 1635, sous Louis XIII

Tout débute lorsque l'un des médecins ordinaires du roi, Guy de la Brosse, appuyé par le premier médecin du roi, Jean Héroard, et par Richelieu, persuade Louis XIII de créer à Paris un jardin des plantes médicinales, destiné d'une part, à la culture, la conservation, l'étude et l'utilisation des plantes utiles à la santé, et d'autre part, à l'enseignement de la botanique, de la chimie et de l'anatomie, à destination des futurs médecins et apothicaires. Ces cours, enseignés en français (c'est une première, car partout ailleurs c'est en latin), sont également accessibles au grand public. Ils sont dispensés par des « démonstrateurs » et obtiennent un vif succès : des auditeurs de tous âges, Français et étrangers, fréquentent les leçons données au jardin
Destiné à ses débuts aux collections botaniques et aux besoins de la maison royale (d'où le nom de « jardin royal des plantes médicinales »), le jardin est rapidement en butte à l'hostilité de la faculté de médecine, qui reste la seule, à Paris, à pouvoir décerner le grade de docteur en médecine. D'ailleurs, les démonstrateurs sont tous médecins, mais formés, eux, en province, et notamment à Montpellier, la faculté rivale et détestée. Autre sujet d'aversion, les nouvelles disciplines enseignées au jardin, comme la médecine chimique ou la circulation du sang : des hérésies pour les universitaires parisiens, gardiens de la tradition des anciens. Jusqu'à la fin du xviie siècle, la faculté de médecine de Paris fera tout ce qu'elle pourra pour s'opposer, devant le Parlement, aux décisions prises par le surintendant ou l'intendant du jardin
En 1693, Guy Crescent Fagon accède à cette dernière fonction en devenant premier médecin du roi Louis XIV. Petit neveu du fondateur Guy de la Brosse, son administration est remarquable à plusieurs points de vue : il apaise par un compromis le conflit devenu aigu avec la Faculté de Paris, il recrute un personnel de grande valeur (découvre Tournefort, l'un des pères de la botanique française, Vaillant, mais aussi Antoine de Jussieu, fondateur d'une illustre dynastie) et enfin encourage les voyages d'études dans les pays lointains. C'est d'ailleurs à cette époque que les premières collections du jardin sont amassées lors de ces voyages, effectués tout d'abord par des missionnaires (Charles Plumier entre 1689 et 1697 aux Antilles, Louis Feuillée entre 1703 et 1711 dans les Andes...), puis par des médecins (Augustin Lippi en 1704 au Soudan et surtout Tournefort en Méditerranée orientale et en Anatolie de 1700 à 1702). Fagon favorise aussi l'importation et l'acclimatation des plantes tropicales, et notamment le café, alors monopole de l'Arabie, que Jussieu introduit aux Antilles

Au xviiie siècle, l'activité se transforme : on passe de l'art de guérir avec les plantes à l'histoire naturelle. La déclaration royale du 31 mars 1718 sépare la charge de premier médecin du roi de la surintendance du Jardin et, en 1729, l'ancien « droguier » qui a perdu progressivement son aspect d'officine, prend officiellement le titre de « cabinet d'histoire naturelle »
Mais c'est surtout dix ans plus tard, en 1739, que le « Jardin du roi » comme on l'appelle désormais, va prendre une nouvelle dimension, grâce à l'un des savants les plus en vue du xviiie siècle, Georges Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788). Ce naturaliste complet (il publie tout au long de sa surintendance la monumentale Histoire naturelle en 36 volumes, un véritable best-seller de l'époque), membre de l'Académie française et trésorier perpétuel de celle des sciences, va diriger l'établissement pendant près d'un demi-siècle, jusqu'à sa mort en 1788. En 50 ans, le jardin va doubler sa superficie, l'école de botanique ainsi que le cabinet d'histoire naturelle vont être agrandis et, avant sa mort, un vaste amphithéâtre et une nouvelle serre seront mis en chantier. Surtout, comme Fagon, il va découvrir de nouveaux naturalistes, parmi les plus prestigieux : André Thouin, Antoine Laurent de Jussieu, les frères Rouelle (Guillaume-François « l'aîné » auquel succédera Hilaire-Marin « le cadet »), Fourcroy, Mertrud, mais aussi Daubenton, Lamarck ou Dolomieu. Durant cette période, les voyages d'exploration à des fins naturalistes se multiplient : Jean André Peyssonnel découvre la nature animale du corail vivant sur les côtes de Barbarie (1725) ; Joseph de Jussieu passe 35 ans au Pérou espagnol (1735-1770) où il a grandement contribué à la connaissance du quinquina, découvert par La Condamine ; Jean Baptiste Christian Fusée-Aublet explore la Guyane (1762-1764) tout comme Louis Claude Richard (1781-1789). L'océan Indien n'est pas en reste : Pierre Poivre acclimate les épices fines à l'Ile Maurice (1770) alors que son cousin Pierre Sonnerat accomplit plusieurs périples vers les Indes Orientales à la fin du xviiie siècle. D'autres accompagneront de grand navigateurs (Bougainville, Lapérouse) autour du monde comme le botaniste Philibert Commerson ou Collignon, le jardinier. En un demi-siècle, la notoriété internationale de Buffon et son travail acharné ont fait du jardin l'un des phares scientifiques du xviiie siècle en Europe
À sa mort, en 1788, le roi nomme à la tête du jardin un militaire, Auguste de Flahaut, marquis de La Billarderie. Sous la conduite de Louis Jean-Marie Daubenton, le personnel du Jardin, notamment les démonstrateurs, font connaître leur mécontentement auprès du roi, mais sans succès

La Révolution va transformer profondément le fonctionnement du Jardin. Le 20 août 1790, un décret de l'Assemblée nationale demande aux démonstrateurs de rédiger un projet pour sa réorganisation. La première assemblée vote le départ du marquis de La Billarderie et élit à l'unanimité Daubenton comme président. Il forme une commission comprenant Antoine-François Fourcroy, Bernard Lacépède et Antoine Portal. Celle-ci est chargée de rédiger le règlement de la nouvelle institution et d'en fixer le fonctionnement. Elle détermine aussi les missions du Muséum : instruire le public, mais aussi de constituer des collections et de participer activement à la recherche scientifique. Le corps des professeurs et leur directeur, élu et renouvelé chaque année, devaient être le garant de l'indépendance de la recherche
Mais le projet n'aboutit pas, l'Assemblée nationale ne donnant pas de suite. En 1791, La Billarderie démissionne et est remplacé en 1792 par Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre. Ce n'est qu'en 1793 que Joseph Lakanal (1762-1845), apportant les collections du prince de Condé rencontre Daubenton et découvre le projet de 1790. Lakanal le porte à l'Assemblée et, dès le lendemain 10 juin 1793, obtient le vote du décret établissant le Muséum, donnant ainsi une existence juridique propre
Le poste d'intendant est alors remplacé par la fonction de directeur. L'ancienne hiérarchie des officiers du jardin, notamment en démonstrateurs et sous-démonstrateurs, est abolie. Douze postes de professeurs assurent, de façon égale et collégiale, l’administration du Muséum. Les enseignements sont répartis en douze chaires professorales

Au début du xixe siècle, c'est l'étude de la vie animale qui prend le pas sur celle des plantes, qui prédominait jusqu'alors. Deux savants prestigieux représentent alors cette transition : Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Georges Cuvier. Le premier créa la ménagerie dès 1793 et s'opposera durant le premier tiers du siècle au second, partisan convaincu des théories catastrophistes et fixistes alors que Geoffroy Saint-Hilaire était proche des idées transformistes de Lamarck. Ce dernier affirme en effet la transformation progressive et successive des espèces au cours du temps. En ce sens, Lamarck annonce un peu précocement les idées évolutionnistes que Charles Darwin publiera dans son Origine des espèces en 1859. D'autres grands savants vont ponctuer la vie du Muséum en ce xixe siècle. Citons entre autres Lacépède, Gay-Lussac, les deux Milne Edwards, Chevreul, Alcide d'Orbigny, la lignée des Becquerel ou Claude Bernard. La plupart d'entre eux sont membres de l'Académie des sciences ou de l'Académie de médecine. Plusieurs enseignent au Collège de France ou à l'École centrale. Plusieurs théories ou découvertes voient le jour au Muséum : le principe de corrélation des formes sur lequel Cuvier fonde l'anatomie comparée et la paléontologie, la série de travaux de Chevreul sur les corps gras, les recherches de Charles Naudin, qui formule vers 1860, au même moment que Gregor Mendel, les lois essentielles de la génétique ou encore la découverte de la radioactivité en 1896 qui vaudra à Henri Becquerel, quelques années plus tard, en 1903, le prix Nobel de physique
Quant aux collections qu'abrite l'institution, elles explosent littéralement par leur nombre au xixe siècle, à tel point que l'on manque de place pour les conserver. Le vieux château acheté par Louis XIII en 1633, au moment de la création du jardin royal des plantes médicinales, a déjà été remanié et agrandi tout au long du xviiie siècle, jusqu'à présenter sous l'Empire une façade de 120 mètres de long. Mais ces extensions s'avèrent rapidement insuffisantes. Résultat, on construit et on déménage à tour de bras : Charles Rohault de Fleury édifie une nouvelle galerie de minéralogie dans les années 1830. À son extrémité, un grand espace a été réservé pour abriter les herbiers, eux aussi de plus en plus encombrants. Le même architecte élève également deux élégantes serres jumelles, restaurées en 1980-1981 et toujours en service. Enfin, entre 1877 et 1889, Jules André construit la galerie de zoologie et, à l'extrême fin du siècle (1898), est inaugurée la galerie de paléontologie qui abrite aussi les collections d'anatomie comparée
Toutes ces collections sont continuellement amassées lors des nombreux voyages d'exploration qui se multiplient tout au long du siècle : l'expédition d'Égypte de Napoléon Bonaparte de 1798 à 1801, à laquelle participent près de 170 savants dont Geoffroy Saint-Hilaire, précède de peu celle d’Alexander von Humboldt en Amérique du Sud (1799-1804) ou celle de Nicolas Baudin dans les terres australes (1800-1803). Suivront celles d'Auguste de Saint-Hilaire au Brésil (1816-1822), de Claude Gay au Chili (1828-1842), de l'abbé David en Chine (entre 1862 et 1874) ou d'Alfred Grandidier à Madagascar (1865-1870). Et n'oublions pas l'une des premières expéditions spécifiquement orientée vers la paléontologie, celle d'Albert Gaudry sur le site de Pikermi en Grèce (1855-1860). Et la liste des expéditions auxquels participent les savants du Muséum est loin d'être exhaustive
Avec la nomination, en 1836, du chimiste Eugène Chevreul (1786-1889), le Muséum commence à délaisser l'étude des collections pour s'orienter, comme sa rivale la faculté des sciences de Paris, vers la recherche pure, à l'image de la création en 1837, pour Antoine Becquerel, de la chaire de physique appliquée, sans lien avec les collections existantes. Cette période prendra fin avec l'arrivée d'Alphonse Milne-Edwards, en 1890, et la promulgation du décret du 12 décembre 1891 qui signe le retour en force de l'histoire naturelle (cette politique restera en vigueur jusqu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale). Entre-temps, le gouvernement impérial de Napoléon III adoptera en 1863 un décret portant le mandat de directeur à 5 sans limitation de renouvellement : Chevreul le restera 28 ans. Le nombre de chaires augmente également et certaines ont été divisées en deux pour plus d'efficacité

La loi de finances du 31 décembre 1907 fait franchir un nouveau pas au Muséum : elle lui accorde l'autonomie financière en le dotant d'un budget propre qu'il administre (1 million de francs de l'époque soit autant que le budget de la faculté des sciences). En ce début du siècle, les collections du Muséum ont largement bénéficié de l'extension et de l'exploration de l'empire colonial français durant le siècle précédent, et vont continuer de s'accroître au xxe. Déjà, une école coloniale a vu le jour en 1889, avant même le ministère des colonies (qui date de 1894). Et un enseignement spécial destiné aux voyageurs a même été élaboré en 1893. Des voyages, il en sera en effet question durant tout le xxe siècle : de celui d'Alfred Lacroix en Martinique suite à l'éruption de la Montagne Pelée en 1902, jusqu'à Robert Gessain à la fin des années 1970 au Groenland, en passant par Henri Humbert à Madagascar (entre 1912 et 1960), Marcel Griaule entre Dakar et Djibouti (1931-1933) ou Henri Lehmann (1901-1991) au Guatémala (1954-1969). Tous ces voyages et bien d'autres continueront à enrichir le Muséum de collections impressionnantes
Après la Première Guerre mondiale, le Muséum engage un mouvement d'expansion hors de la capitale. En 1922, il hérite de la propriété de l'entomologiste Jean-Henri Fabre à Sérignan-du-Comtat, près d'Orange. Pour favoriser ses activités de recherche liées à la mer, il implante, en 1928, son laboratoire maritime à Saint-Servan, puis à Dinard en 1935. Son activité botanique ne s'étant pas démentie, il devient propriétaire par legs du domaine de Chèvreloup, en 1934. La même année, le président du Conseil inaugure le parc zoologique de Vincennes, suivi quelques années plus tard par le musée de l'Homme, installé dans le nouveau Trocadéro (1937)
À la veille de la seconde guerre mondiale, le Muséum compte 19 chaires magistrales pour autant de professeurs-administrateurs. Suivront quatre années d'une longue et morne retraite due à la guerre. Au sortir de celle-ci, l'activité et la croissance reviennent, notamment sous l'impulsion de Roger Heim qui dirige le Muséum de 1950 à 1965. Savant au prestige international et largement écouté par les administrations et la communauté scientifique, il insuffle un nouvel air à l'établissement. Il prend conscience des déséquilibres causés à la nature par l'expansion humaine. En 1948, il participe à la création de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Plus tard, il installe dans ses murs un service de conservation de la nature (1962). Ce sera ensuite au tour du secrétariat de la faune et de la flore (1979), puis de la délégation permanente à l'environnement (1992), de s'installer au sein du Muséuml. Durant cette période, d'autres acquisitions sont faites par le Muséum : l'abri Pataud en Dordogne (1957), le Parc animalier de la Haute-Touche dans l'Indre (1958), le jardin botanique de Val Rahmeh à Menton (1966) et la station de biologie végétale de Cherré dans la Sarthe
Tout au long du xxe siècle, de nouveaux territoires jusque-là pas ou peu explorés sont découverts : on pénètre de plus en plus loin à l'intérieur des forêts primaires, des moyens techniques permettent d'explorer les fonds océaniques et de découvrir que la vie y réside. D'ailleurs, depuis 1882, le Muséum possède un laboratoire maritime ouvert sur l'île de Tatihou, en face de Saint-Vaast-la-Hougue près de Cherbourg, puis déplacé à Saint-Servan (près de Saint-Malo) en 1928, puis à Dinard (en 1935). Un autre s'est également ouvert à Concarneau en 1996. Ainsi la station de biologie marine de Concarneau, fondée par Victor Coste en 1859, est gérée depuis 1996 par le Muséum en concertation avec le Collège de France. On découvre également que la vie réside à l'intérieur des grottes que René Jeannel et Emil Racovitza explorent. Bref, les explorateurs repoussent les limites géographiques de leurs recherches et explorent désormais l'ensemble de la biosphère. Le Muséum s'intéresse même à l'espace puisque parmi ses collections, on peut trouver des matériaux extraterrestres comme des météorites et quelques pierres de Mars
Il s'intéresse aussi de plus en plus à l'homme. Il faut dire qu'au fil des leurs pérégrinations, les explorateurs (devenus depuis de véritables scientifiques de plus en plus spécialisés) sont tombés fréquemment nez à nez avec des tribus locales, qu'ils ont tenté d'étudier. De là est né une discipline nouvelle, l'ethnographie, qui s'est développée dans la deuxième moitié du xixe siècle, et qui a amené la création, en 1880, du Musée d'ethnographie du Trocadéro, rattaché en 1928 au Muséum et transformé en musée de l'Homme dix ans plus tardl. Ce musée amasse également de plus en plus de fossiles d'hominidés : parmi ses riches collections, on peut y voir le crâne de l'homme de Tautavel, le pithécanthrope de Java, la fameuse Lucy, vieille de plus de 3 millions d'années, ou encore la sépulture de La Chapelle-aux-Saints ou celle de l'homme de Menton, datant de 26 000 ans. Et les fossiles d'animaux ne sont pas en reste. Installés dans la galerie de paléontologie de la rue Buffon, on y trouve entre autres merveilles : le Mégathérium de Cuvier, le squelette de l'Aepyornis offert par l'Américain Carnegie au Muséum en 1908 ou, plus récemment, les fossiles trouvés en 1985 dans le camp militaire de Canjuers, dans le Var. Mais ce sont surtout les squelettes de dinosaures qui rencontrent dans cette galerie le plus de succès, surtout auprès des enfants
Les collections du Muséum ont fait l'objet au cours du xxe siècle d'innombrables expositions temporaires qui remportèrent souvent un vif succès. L'une des premières date pourtant de la fin du xixe siècle : organisée en 1884, elle était consacrée aux campagnes océanographiques du Travailleur et du Talisman ; les visiteurs pouvaient y voir les appareils (dragues, sondes, thermomètres) utilisés par les chercheurs embarqués ainsi que de nombreux échantillons en bocaux des animaux (poissons, crustacés, mollusques, échinodermes, zoophytes) recueillis jusqu'à 5 000 mètres de profondeur (une véritable performance pour l'époque). L'exposition du tricentenaire du jardin royal des plantes médicinales, en 1935, a ponctué un grand moment de l'histoire du Muséum. De nos jours, les expositions bénéficient d'une muséographie plus moderne et le plus souvent accompagnée de beaux catalogues. Parmi les plus visitées depuis les années 1980, signalons celles consacrées aux cristaux géants du Brésil, qui ont attiré 1 million de visiteurs en 1983 et 1987. Une autre façon d'attirer le public est de proposer des conférences magistrales et des séances de travaux dirigés. Pour les enfants, des animations pédagogiques sont organisées depuis 1976
À partir de 1975, un plan de réhabilitation des locaux et de regroupement des laboratoires se met en place : on rénove les vieilles galeries du XIXe siècle, on y ajoute des ailes mais on effectue également de spectaculaires réalisations, comme en témoigne la zoothèque souterraine ouverte en 1986 et destinée à abriter les collections de la galerie de zoologie, fermée au public depuis 1965. Cette galerie sera reconstruite 30 ans plus tard, en 1994, et prendra la place du premier château du jardin royal des plantes médicinales sous la forme d'une grande galerie de l'évolution inaugurée par le président de la République François Mitterrand
À Paris, près de 2 millions de personnes passent par l'ancien jardin royal chaque année (devenu depuis la Révolution française le Jardin des plantes), y compris les étudiants qui fréquentent le Muséum, car celui-ci est également (et on le sait moins) un campus, véritable centre de formation pour les futurs chercheurs : depuis 1989, il peut délivrer seul le doctorat nouveau régime et, en 1995, il obtient l'habilitation ministérielle pour sept nouveaux DEA. En 1968, une assemblée générale des personnels, alors plus de 2 200 personnes, avait proposé de remplacer l'assemblée des professeurs (instituée en 1793 comme unique instance dirigeante, scientifiquement comme administrativement) par un conseil où seraient représentés à parts égales les professeurs, les chercheurs et les techniciens. Cette proposition n'a pas abouti, mais au fil des années l'assemblée des professeurs a perdu de ses prérogatives au profit des secrétaires généraux nommés par les ministères de tutelle ; en 1985 le gouvernement a promulgué un nouveau statut mettant fin au rôle d'administrateurs des professeurs et en 1994 il a installé trois conseils pour assurer la gestion du Muséum : conseil d'administration, conseil des laboratoires et conseil scientifique
Sources et auteur de cet article

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils