Archeowiki-archeologie-histoire-archeowiki.jpg


planet movie


Participer à l'enrichissement et à l'élaboration d'archéowiki, le wiki des passionnés d'archéologie et d'Histoire, en faisant une demande de création de compte par le biais de ce formulaire - Recommandez archeowiki.com

Réseaux et mouvements de la Résistance intérieure française

De archeowiki. Le wiki des passionnés d'archéologie et d'histoire
Aller à : Navigation, rechercher

Liste des réseaux et mouvements de la Résistance intérieure française (1940-44)

Parmi les différentes organisations de la Résistance intérieure française, on a coutume de distinguer les réseaux et les mouvements1. Un réseau est une organisation créée en vue d'un travail militaire précis (renseignement, sabotage, évasion de prisonniers de guerre et de pilotes tombés chez l'ennemi). Un mouvement a pour premier objectif de sensibiliser et d'organiser la population.

Les réseaux de la France libre dépendaient de son service secret, le BCRA.

Huit grands mouvements

Les huit grands mouvements qui, à partir de mai 1943, seront membres du Conseil national de la Résistance, sont les suivants :

  • Ceux de la Libération (CDLL), plutôt de droite.
  • Ceux de la Résistance (CDLR), apolitique, créé le 18 mai 1943.
  • Combat, plutôt démocrate-chrétien.
  • Franc-Tireur, fondé à Lyon en 1941, dirigé par Jean-Pierre Lévy, plutôt de gauche.
  • Le Front national, communiste (avec une minorité SFIO et gauche indépendante2).
  • Libération-Nord, SFIO (socialiste, hégémonique avec minorités du reste de la gauche).
  • Libération-Sud, plutôt de gauche.
  • Organisation civile et militaire (OCM), d'abord plutôt de droite avec une tendance conservatrice puis marquée par l'importance grandissante de sa minorité socialiste qui devient majoritaire au cours de la guerre. Deux des trois dirigeants de l'OCM étaient communistes.

Regroupements des grands mouvements

  • L'Armée secrète (AS). Regroupement en 1942 des organisations militaires des principaux mouvements de la zone sud (Combat, Libération-Sud et Franc-Tireur). Organisation très présente dans la région Rhône-Alpes (Vercors, Lyon) et le Massif central. C'est la branche armée des MUR.
  • Mouvements unis de la Résistance (MUR) (Secrétaire général et membre du directoire : Pierre Dumas (résistant). Regroupement en janvier 1943 des principaux mouvements de la zone sud (« Combat », « Franc-Tireur » et « Libération-Sud »). C'est une branche plus civile de l'Armée secrète.
  • Le Mouvement de Libération nationale (MLN). Créé au début de 1944 par regroupement des MUR et de plusieurs mouvements de la zone Nord.
  • Les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) ont incorporé les Bataillons de la Jeunesse.
  • Les Forces françaises de l'intérieur (FFI) résultent du regroupement complet fin 1943-début 1944 de l'Armée secrète, des FTP, de l'ORA, etc., au sein d'une organisation unique.

Autres mouvements

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils